Psychologie pour des personnes intelligentes

Psychologie-sur.net : Psychologie pour personnes intelligentes : INFORMATIONS

Informations

I was once in a grave, but it was an empty Etruscan grave near Orvieto ... "The dream's work", in "The Interpretation of Dreams" by Sigmund Freud

[Fragment from the Orvieto Cathedral famous frescoes) "The last Things" by Luca Signorelli, which inspired Michelangelo for his famous Creation in the Sistine Chapel, at the Vatican in Rome.]


'ÉFFACER PAPA'
documentaire sur l'aliénation maternnelle
par Ginger Gentile et Sandra Fernández Ferreira, produit par San Telmo productions



Watch the revealing fragments of feminist fundamentalist hidden from the documentary by order of an idiotic argentinean judge


Watch an interview to Filmmaker Ginger Gentile by Infobae TV


Watch the interview by C5N of Filmmaker Ginger Gentile and producer Gabriel Balanovsky



...plus d´information dans la page de Facebook 'ÉFFACER PAPA' et dans la web 'ÉFFACER PAPA'
Et dans les webs Fathers 4 Justice - Amor de Papá



On Mia & Dylan Farrow's sordid allegation against Woody Allen


The best documented article on Mia & Dylan Farrow's sordid allegation against Woody Allen was written by Mr Robert B. Wiede published in The Daily Beast. I congratulate the author for this excellent work of journalism which is an indispensable reading to formulate an informed opinion on this affair.
Nevertheless, will add the following: The works of an artist are driven by Eros and the unconscious desire. I know very well Woody Allen's works, each and all his works reflect Allen's mind and sexual interests. Nothing in Allen's works suggests the slightest sexual attraction for children; like nothing in Borges' works supports any sexual desire for women -the masochism in Borges' life, well reflected in his works, or his childish idolatry for her overruling Mother, are symptoms of repressed desire for men, the good-looking ones (guapos); as it was the beautiful Adolfito, his young master whom Georgie loved so dearly all his life. Borges' mother was a fundamentalist catholic – very much like Arthur Rimbaud's mother- who would prefer his unique son rather death than a healthy homosexual.

I read Dylan's letter published in the New York Times [by her friend blogger Nicholas Kristof], I followed the rupture between Farrow and Allen, then the judicial case in 1993... I have to agree with Dr. John M. Leventhal -who headed the Connecticut investigation into Mia Farrow's malicious allegation that Woody Allen molested their then 7-year-old daughter, Dylan: "...it was "very striking" that each time Dylan spoke of the abuse, she coupled it with "one, her father's relationship with Soon-Yi, and two, the fact that it was her poor mother, her poor mother," who had lost a career in Mr. Allen's films.
Dr Leventhal also said “it was possible that Ms Farrow encouraged her child to fabricate simply by videotaping her telling the story, because Dylan liked to perform."

As an expert in psychology, I outline that the recent letter of Dylan Farrow and Mia Farrow obstinate campaign against Woody Allen had both the signature of hysteria. To understand this pathology made of hate and simulation, I recommend to read "Emma Zunz" the insightful analysis by Jorge Luis Borges on a real "perfect crime" committed by a young hysteric to vindicate her mother's hate against her father. Miss Zunz's pretext to kill her substitute father (after letting died her own in collusion with the malicious criminal allegation against him) was, like in the present case, that “he wanted to sexually abuse her”... a true fabrication of her unconscious mind -echoing her mother's allegation against Emma's father- that everybody -including the police- believed at first sight. ["Then she (Emma) picked up the telephone and repeated what she would repeat so many times again, with these and with other words: Something incredible has happened ... Mr. Loewenthal had me come over on the pretext of the strike ... He abused me, I killed him ...
Actually, the story was incredible, but it impressed everyone because substantially it was true. True was Emma Zunz's tone, true was her shame, true was her hate. True also was the outrage she had suffered: only the circumstances were false, the time, and one or two names."
]

No doubt Mrs. Dylan is still a victim, but of her childish alienation to her adopted mother's hate for Woody Allen. Psychoanalysis could free her, as Art and fatherhood helped her brother Moses to find the truth, conquer his freedom and acknowledge the love of his father.

A similar hysteric pathology drives the hateful mythomania of the false widow Kodama, her criminal conspiracy against Borges (she bought her false certificate of marriage in extremis to a personal representative of dictator Stroessner), her cruzade against his friends and readers.

Sincerely,
Dr. Meizoso
[London, 1st February 2014]

Woody Allen Speaks Out ... [+]

Read also:

Nanny Casts Doubt on Farrow Charges : Custody: She tells Allen's lawyers the actress pressured her to support molestation accusations against him. She says others have reservations... [+]

Doctor Cites Inconsistencies In Dylan Farrow's Statements ... [+]

Woody Allen's Lawyer: Mia Farrow Made Dylan Farrow Her "Pawn," "Implanted" Memories ... [+]

Panel Criticizes Prosecutor In Inquiry on Woody Allen... [+]

Mia Farrow Testifies That Child Daughter Accused Allen of Molestation ...(to please her) ... [+]

Mia Farrow's Brother Sentenced for Child Sex Abuse; John Charles Villiers-Farrow sentenced to 10 years in prison... [+]

Mia Farrow Defends Polanski ... [+]
Get Adobe Flash player



Un pervers a séquestré pendant 24 ans sa propre fille pour la abuser sexuelment

Abusée et séquestrée par son propre père depuis l'adolescence. L'affaire est sordide. Elisabeth Fritzl, 42 ans, a affirmé dimanche à la police avoir vécu enfermée dans la cave de la maison familiale à Amstetten en Basse-Autriche depuis 1984, séquestrée et violée pendant plus de 20 ans par son propre père. Sept enfants seraient nés de cette relation incestueuse. Le père, Josef, âgé de 73 ans, a été mis sous les verrous samedi soir. Le 28 août 1984, son père lui administre un produit anesthésiant et la menotte, puis l'attire dans la cave du petit immeuble où résidait la famille. Elle n'en est pas ressortie pendant 24 ans. Officiellement, elle été portée disparue. Ses parents ont d'ailleurs reçu une lettre d'elle, demandant qu'on arrête les recherches pour la retrouver. Les autorités en avaient déduit qu'elle était tombée entre les griffes d'une secte. En réalité, elle a dû endurer des années de calvaire. Face aux accusations de «crimes massifs» de sa fille Elisabeth, qui aurait subi des sévices sexuels depuis l'âge de 11 ans, Josef n'a accepté que dimanche soir de révéler le code de la serrure électronique d'accès à la cache dans la cave du petit immeuble. Il s'agit d'un espace étroit avec plusieurs pièces d'1m70 sous plafond doté de sanitaires et d'un téléviseur. Selon un responsable, Heinz Lenze, «il y avait une étagère couverte de boîte et de bidons, et derrière cette étagère se trouvait une porte en béton armé, protégée par un code électronique et coulissant sur des rails». C'est là qu'Elisabeth a passé 24 ans et mis au monde 7 enfants. L'un d'eux, un jumeau, serait décédé un mois après sa naissance, faute de soins, et son corps aurait été brûlé. Trois filles et trois garçons aujourd'hui âgés de 5 à 20 ans seraient ainsi issus de cette liaison incestueuse. Des tests ADN doivent être effectués afin d'obtenir plus d'informations sur les liens de parenté. Au fil des années, le père d'Elisabeth aurait réussi à adopter trois des enfants, faisant croire à sa femme, Rosemarie, et aux autorités, qu'ils avaient été déposés devant la porte de leur domicile à quelques années d'intervalle. Les deux aînés, aujourd'hui âgés de 18 et 19 ans, ainsi que le plus jeune, âgé de cinq ans, ne sont en revanche jamais sortis de la cache et n'ont reçu aucune éducation. ...plus dans Le Figaro - France 24 - TF1 - Le Monde - Libération

Le héros de «Brokeback Mountain» est mort par excès de drogue. Souffrait-il d´une phobie sans traiter avec un psychanalyste?

Les circonstances de la mort de l'acteur australien Heath Ledger sont étranges. La famille parle d'un accident, la police d'un suicide. Ses amis du cinéma, ses fans, mais aussi l'Australie dont il était originaire, sont en deuil depuis la disparition à 28 ans du jeune acteur Heath Ledger, mardi, à Manhattan. Une mort entourée d'un certain mystère : le héros du film «Le secret de Brokeback Mountain» a été trouvé sans vie vers 21h30, nu, au pied d'un lit, entouré de médicaments, notamment des somnifères, selon des sources policières. D'après le récit de la police, une masseuse est arrivée à 15h30 (21h30 à Paris) à l'adresse où résidait l'acteur pour un rendez-vous. Cette dernière a été conduite par la femme de ménage, qui a frappé à la porte de la chambre. N'entendant pas de réponse, elle a ouvert la porte et trouvé le corps de l'acteur australien. Les deux femmes ont tenté de le ranimer, en vain, avant d'appeler la police. ...es premières constatations laissent envisager la thèse d'un suicide ou d'un abus de substances pharmaceutiques ... En tournant «Le secret de Brokeback Mountain», l'acteur s'était épris de l'actrice Michelle Williams, son épouse dans le film. Le couple avait avait eu une petite fille, Matilda Rose, née en octobre 2005. Ils s'étaient séparés l'an dernier. ...Un journal espagnol a reporté que Ledger a été vu récemment dans le métro de New York avec sa fille de 2 ans mais Ledger était si salle que l´insupportable odeur écartée les gens qui assurent ses vêtements jamais n´avaient été lavées .... plus dans Le Figaro - Le Journal du Dimanche - Le Monde


Un élève de 18 ans a tué huit personnes avant de retourner son arme contre lui.

Des coups de feu qui raisonnent dans le couloir, un tireur qui sillonne méthodiquement les étages, frappant aux portes des salles de classe avant de tirer à travers. Cette scène qui rappelle le drame de Virginia Tech ne s’est pas produite aux Etats-Unis mais en Finlande. Vers 11h00, mercredi, un élève du collège-lycée Jokela de Tuusula, un établissement au sud du pays, a sorti son arme durant un cours et a commencé à tirer autour de lui. Le jeune homme s’est ensuite déplacé dans les salles de classe avoisinantes, tuant plus de huit personnes dont la directeur de l’établissement et en blessant une dizaine d’autres. Le tireur, âgé de 18 ans et scolarisé au collège-lycée Jokela, a tenté de se suicider et s’est tiré une balle dans la tempe. Il ne devrait pas survivre. Beaucoup des victimes souffrent de blessures légères causées par des débris de glace. Elles ont sauté par la fenêtre pour échapper aux tirs. Mais un lycéen blessé par balle à la tête est dans un état désespéré. Il ne lui resterait plus que quelques heures à vivre. D’après les premiers éléments de l’enquête, le tireur était fasciné par les armes et la violence et avait exprimé à plusieurs reprises son admiration pour Hitler et Staline. Un camarade de classe qui le connaît depuis 10 ans, Tuomas Hulkkonen a confié avoir trouvé son comportement étrange ces derniers jours. « Il s’amusait à dessiner des armes à feu. Il me disait que c’était pour rire » a-t-il raconté au quotidien finlandais Helsingin Sanomat. D'après lui, l'auteur de la fusillade pratiquait le tir dans ses loisirs. Coïncidence troublante, quelques heures avant le drame, une vidéo intitulée "Jokela High School Massacre", avait été mise en ligne sur Youtube. Sur fond de musique hard rock, elle montre le collège de Jokela, puis un jeune homme, difficilement identifiable, visant la caméra avec une arme à feu dans deux positions différentes. ...plus dans Le Figaro - Le Monde - Libération


Une mère avoue avoir tué six bébés

La femme de 34 ans a été mise en examen et écrouée. Le père des cinq premiers enfants "avait parfaitement connaissance de la situation". Cette affaire est la plus grave en France depuis un septuple infanticide découvert en 1983 en Corrèze. Une femme de 34 ans a été mise en examen et écrouée vendredi soir pour "avoir volontairement donné la mort" en étouffant ou étranglant six bébés dont elle avait accouché seule à son domicile de Valognes, une petite ville tranquille de 8.500 habitants à une vingtaine de kilomètres au sud de Cherbourg. La jeune femme prénommée Céline, par ailleurs mère d'un garçon de onze ans, n'a apporté "aucune explication cohérente à ses actes", a déclaré le procureur de la République de Cherbourg, Michel Garrandaux. Céline, qui a été mise en examen pour "avoir volontairement donné la mort à six personnes avec cette circonstance aggravante que les faits ont été commis sur des mineurs de moins de 15 ans" risque pour ces crimes la réclusion à perpétuité. Le père des cinq premiers enfants était au courant Les examens menés vendredi par les médecins légistes ont permis de déterminer que six corps de bébés, nés entre 2000 et 2007, avaient été placés dans les sacs plastique découverts par hasard mercredi soir par l'actuel compagnon de Céline dans la cave de leur immeuble. Céline a expliqué aux enquêteurs avoir à chaque fois accouché seule, puis avoir étouffé les nouveau-nés en "plaquant sa main sur le visage de l'enfant afin de l'empêcher de respirer", selon le procureur. Deux d'entre eux ont également été "étranglés avec une cordelette". ...plus dans Le Figaro - Le Monde
[Apuyant sur l'écran on peut voir quand Médée tue ses enfants (interpretée par Maria Callas) dans le film de Pier Paolo Pasolini]


Mon fils á Moi

Sortie du fil "Mon fils à Moi", une nouvelle version sur le pouvoir abosulu de toute Jocasta sur son enfant, en particulier quand le père fait défaut et la société manque à la Loi.
...Une famille de classe moyenne dans une petite ville de province. Le père est professeur à l´université, la mère s´occupe avec soin de sa maison, la fille aînée s´apprête à quitter le foyer, et le fils cadet est au collège et prend des cours de piano. On découvre très vite que la mère entretient avec son fils une relation ambiguë d´amour et de haine, insupportable pour l´enfant. L´apparente normalité de cette famille va se fissurer, jusqu'au drame. ...Le film a gagné, au mailaise générale, la Concha de Oro au Festival internacional de Cinéma de San Sebastián.
Voyez le trailer en pulsant sur l´écran.


Q.I. ou la dangereuse illusion des surdoués

Affolante, disait-elle au téléphone. "Affolante, cette course effrénée aux tests de quotient intellectuel ! Cela fait un moment que nombre de psychologues sont alarmés et appellent à un sursaut. Mais il est difficile de lutter contre l'air du temps. Pourtant quelle escroquerie ! Quelle horrible idéologie sous-jacente et, surtout, quel préjudice pour certains enfants!" Docteur en psychologie, auteur de nombreux ouvrages et psychologue réputée, Claire Meljac a trop l'habitude d'étudier et de peser les mots des autres pour ne pas mesurer les siens. Aussi, lorsqu'elle parle de "catastrophe", qu'elle dénonce "le commerce de l'intelligence", qu'elle s'inquiète de la "déification des surdoués" et qu'elle signe sans réserve un texte-pétition intitulé "Des psychologues s'interrogent sur le Q.I. et certains de ses usages", pressent-on l'existence d'un malaise parmi les psychologues spécialisés dans l'enfance. Un trouble et une inquiétude qui soulèvent moult questions sur l'école, la performance et le surinvestissement de la famille, et de la société, dans l'enfant. Des parents se précipitent chez le psychologue afin de faire tester l'intelligence de leur enfant, généralement en échec scolaire, convaincus - et c'est la nouveauté - qu'il s'agit en fait d'un enfant surdoué, que son "surdon" explique l'ennui profond qu'il éprouve à l'école ou peut-être son insubordination, et qu'un certificat doté d'un chiffre élevé en guise de Q.I. - "la preuve qu'il appartient à une race supérieure", ironise Claire Meljac - permettra de mieux le comprendre, l'apprécier à sa juste valeur et l'orienter. Sans compter, ajoute la psychologue, la restauration narcissique des parents qui, de géniteurs d'un cancre, deviendraient, par la grâce d'un chiffre, parents d'un petit génie. Superbe affaire ! La raison de ce phénomène ? Des programmes de télévision sur des enfants surdoués rescapés à temps d'une école où ils se morfondaient ; des émissions valorisant le fameux Q.I. ; des dizaines de sites Internet proposant, moyennant quelques euros, d'évaluer son propre quotient. ; ou encore la presse people incluant désormais le Q.I. dans les mensurations des stars : Madonna 140, Sharon Stone 153... l'article continue dans Le Monde


Mécanismes de formation et soumission mentale à "l´autorité",

enseignement applicable à tous les êtres humaines:

Natascha Kampusch raconte son calvaire à visage découvert : "J'étais obsédée par la fuite", depuis l'âge de 12 ans,"j'ai toujours songé au moment où le temps serait mûr" pour fuir, mais "je ne pouvais rien risquer", "il était paranoïaque", dit-elle dans News à propos de son ravisseur, Wolfgang Priklopil, qui s'est suicidé le soir de son évasion. Elle dit aussi "préférer ne pas parler beaucoup de M. Priklopil parce qu'il n'est pas ici pour se défendre. Ce n'est pas beau de dire du mal d'un mort, surtout à cause de sa mère". Mais elle ajoute : "J'ai eu de mauvaises pensées aussi. Parfois j'ai rêvé de le décapiter si j'avais eu une hache." ... plus dans Le Monde

(photos: Natasha cherchée par l´Autriche depuis 1998; le chambre-trou où elle a vécu cachée pendant 8 ans; et son l´homme qui l´a séquestrée Wolfgang Priklopil)
La jeune fille, enlevée en 1998 alors qu'elle n'avait que 10 ans, a réussi à échapper à la vigilance de son ravisseur: D'après les premières informations, elle aurait eu accès durant sa captivité aux journaux, à la radio et la télévision, sous la vigilance permanente de son gardien, qui l'aurait emmenée plusieurs fois «faire des courses» et se serait même «chargé de son éducation», selon la police autrichienne. Les présomptions de sévices sexuels restent à établir. Les premières révélations indiquent que Natascha Kampusch souffre du syndrome de Stockholm, qui conduit des otages à éprouver de l'affection pour leurs ravisseurs, au point d'en épouser la cause. Les intentions de Wolfgang Priklopil demeurent mystérieuses. ...plus d´information, y compris video, dans Le Figaro - Libération

Natasha fait une déclaration publique, lue par son psychiatre Max Friedrich, où elle a affirmé que son ravisseur faisait "partie de [sa] vie" et qu'elle n'avait pas l'impression d'avoir"raté quelque chose" dans sa jeunesse: Wolfgang Priklopil "faisait partie de ma vie, c'est pourquoi, d'une certaine manière, je porte son deuil, a-t-elle déclaré avant d'ajouter : "Je n'ai pas pleuré après ma fuite, il n'y avait pas de raison d'être triste." "Je ne l'ai jamais appelé maître [...]. Il n'était pas mon maître. J'étais aussi forte que lui. Symboliquement, il m'a portée à bout de bras, tout en me foulant aux pieds. Mais ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il était tombé sur la mauvaise personne", a-t-elle ajouté. ...plus d´information dans- Le Monde - Libération

Séquestrée huit ans dans 8 m2, la jeune Autrichienne réapprend à vivre: Natascha Kampusch, qui ne pesait qu'une quarantaine de kilos pour 1,60 m lorsqu'elle a été retrouvée par la police, aurait pleuré en apprenant le suicide de Priklopil. L'homme qui l'avait retenue prisonnière et qui fut son seul compagnon pendant les huit ans et demi de sa captivité. ...plus dans Libération - Le Figaro

Le ravisseur a présenté la jeune fille séquestrée à un ami et des voisins aussi ont aperçu souvent Natasha dans le jardin ou sortant avec son ravisseur dans sa voiture. Ils ont cru Natasha heureuse, jugeant "le couple" par les apparences et ses yeux, comme en font la plupart des gens, ignorant tout des enseignements de Platon et de Freud: Natascha Kampusch, qualifiée par les policiers de «belle jeune femme» au «vocabulaire très élaboré», relate sommairement une vie quotidienne «qui se déroulait de façon tout à fait réglée» : petits déjeuners «pris dans les règles de l'art», travaux ménagers, lectures, séances de télévision, et discussions avec son geôlier, qui exigeait de se faire appeler «maître», ce à quoi elle se refusait, se considérant comme «son égal». ... plus dans Le Figaro


Why people go missing of their own?

Every day 600 people disappear in Britain. On the day the government agreed to fund the country's leading organisation for missing persons, the Guardian journalists investigates the phenomenon of those who leave and those they leave behind ... read the results here.


Millons of couples live in similar terms of 'Brokeback' marriages

One woman in her 50's, who asked to be identified only as Trillian, out of concern for her husband's privacy, said that she and her husband formally divorced after she discovered his secret sexual life seven years ago, but they quickly decided to stay together. She has a satisfying monogamous sexual relationship with him, while he also has sex with men. "He tried to go back in the closet, but the more research I did on the subject, the more I realized this is an integral part of the person," she said. "You can't just turn it off like a light switch. My husband is the man of my dreams, and I could not face the rest of my life with the man of my dreams being miserable and guilt ridden over being gay." ... read the article by Katy Butler in The New York Times


The sycophantic reductionism

Marilyn Monroe with Arthur Miller

Freud observed that Psychoanalysis may not survive in the Anglo-American culture, too keen to reducing concepts into practical norms in spite they lose thus their "soul" for the sake of practicality. For example the "analyst" psychiatrist of Marilyn Monroe ordered her to tape record "free associations" so he may listen them later, as if it were a lonely and perverse game... when Monroe died, the police investigator had met with the actress' psychiatrist, Dr. Ralph Greenson. During the interview Greenson played the Monroe tapes. Now the investigator decided to make them public ... more in Los Angeles Times






The boy who could not find a way of life and blow him up to death in an orgy of carnage

Hasib Hussain and his three friends, Shahzad Tanweer, 22, Mohammed Sadique Khan, 30, and a man yet to be formally identified, have been revealed as the bombers responsible for last Thursday's atrocities ... more in The Independent and in The Guardian


The chronic illness of NHS: a feudal and bureaucratic system

New NHS referral system cost £3m for 63 bookings ... read the article by Jeremy Laurance, Health Editor of The Independent


The intellectual and moral corruption of the actual NHS

...Like propaganda in a totalitarian state, the various procedures to which doctors are subjected in the NHS are not intended to inform, much less to persuade or to change anyone, but to humiliate them, to let them know who is boss and that Big Brother is watching them ... more in The Spectator